TÉLÉCHARGER CALENDRIER MUSULMAN 1435 GRATUIT

Le début de chaque mois dépend de la visibilité de la lune à la fin du mois précédent. Une fois la lune visible, le nouveau mois commence. Chaque mois commence par un nouveau cycle lunaire. Ainsi, le Calendrier musulman ne donne qu'un aperçu provisoire des dates islamiques à venir car le début de chaque mois est sujet à l observation de la lune. Le calendrier islamique se compose de 12 mois semblables au calendrier grégorien. Cependant, il se compose de jours contrairement aux jours du calendrier régulier.

Nom:calendrier musulman 1435
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:62.87 MBytes



Les jours juliens sont un moyen commode d'établir la correspondance entre le calendrier musulman et les calendriers grégorien, julien et juif. Variantes[ modifier modifier le code ] Il existe une variation du calendrier musulman, connue sous le nom de calendrier musulman tabulaire ou calendrier fatimide, dans laquelle la longueur des mois est déterminée par des règles de calcul et non par observation ou calcul astronomique.

Il existe quatre versions principales de ce cycle trentenaire. Croissant de lune à Manama, Bahrain, marquant le début du mois de ramadan. Mais, le consensus des oulémas s'est forgé solidement, pendant 14 siècles, autour du rejet du calcul, à part quelques juristes isolés, dans les premiers siècles de l'ère islamique, qui prônèrent l'utilisation du calcul pour déterminer le début des mois lunaires [14].

L'argument majeur utilisé pour justifier cette situation se fonde sur le postulat des oulémas, selon lequel il ne faut pas aller à l'encontre d'une prescription de Mahomet [15]. Ils estiment qu'il est illicite de recourir au calcul pour déterminer le début des mois lunaires, du moment que Mahomet a recommandé la procédure d'observation visuelle [16].

De nombreux oulémas soulignent, de plus, que le calendrier fondé sur le calcul décompte les jours du nouveau mois à partir de la conjonction, laquelle précède d'un jour ou deux l'observation visuelle de la nouvelle lune. Les bédouins se basant sur la position des étoiles pour se guider dans leurs déplacements à travers le désert et pour connaître le début des mois, Mahomet n'avait fait que les conforter dans leurs habitudes ancestrales et il ne prononce rien sous l'effet de la passion ou par simple conformité ancestrale.

Le hadith relatif à l'observation n'établissait donc pas une règle immuable, pas plus qu'il n'interdisait l'utilisation du calendrier astronomique. D'après certains juristes, le hadith ne parle même pas d'une observation visuelle de la nouvelle lune, mais simplement de l'acquisition de l'information, selon des sources crédibles, que le mois a débuté [18]. Cela ouvre naturellement de toutes autres perspectives dans la discussion de cette question.

Elle dépend de nombreux paramètres astronomiques et de facteurs atmosphériques, qui peuvent être favorables en un lieu donné, à un moment donné, et défavorables ailleurs, ou en d'autres saisons. Une fois la nouvelle lune observée de manière fiable, quelque part, comment cette information sera-t-elle portée à la connaissance de populations vivant sur de vastes territoires, ou parfois même en des régions très éloignées comme l'Espagne par rapport à l'Arabie?

À qui cette information devra-t-elle s'imposer avec toutes ses implications telles que commencer le jeûne, célébrer la fin du ramadan, etc. Les différentes écoles juridiques prirent en considération les différents facteurs qui leur semblaient s'imposer, qu'ils soient d'ordre astronomique, théologique, juridique ou pratique. Du vaste éventail de réponses qu'elles fournirent se dégage un noyau central de principes fondamentaux, qui sont d'un grand intérêt aujourd'hui.

D'une manière générale, l'observation de la nouvelle lune ne peut être prise en compte que par les communautés auxquelles l'information parvient. L'observation de la nouvelle lune dans un pays d'Orient marque, sur le plan théorique, le début du nouveau mois pour tous les pays situés à l'ouest du lieu de cette observation [20].

Car, au fur et à mesure que l'âge de la nouvelle lune augmente, entre le moment de sa naissance à la conjonction et son premier coucher, la possibilité de l'observer s'améliore. C'est le cas en allant d'est en ouest, de La Mecque vers Casablanca, par exemple, du fait que la nouvelle lune est âgée de 3 h de plus à son coucher au Maroc qu'à son coucher en Arabie saoudite. Une observation de la nouvelle lune doit être considérée comme nulle, lorsqu'elle est rapportée alors que la conjonction n'a pas encore eu lieu [21].

Mais, par-delà toutes ces considérations, et compte tenu des difficultés de communication entre les communautés musulmanes, sur le plan géographique, les oulémas déclarèrent que les habitants de chaque pays devaient appliquer la décision des autorités nationales, concernant le début des mois lunaires.

Mais, aujourd'hui, les données de la situation ont changé, avec la multiplication des États et des communautés islamiques à travers le monde, et le développement des moyens de communication modernes. Ainsi, le même début de mois est, parfois, égrené comme un chapelet, en plusieurs jours successifs, dans différents pays. L'observation annoncée par l'Arabie saoudite, le soir du 29 septembre, était donc erronée. Par contre, le soir du 30 septembre, la nouvelle lune pouvait être observée dans de nombreuses régions du monde [24].

La nouvelle d'une telle observation, où que ce soit sur Terre, au soir du 30 septembre, aurait pu être portée immédiatement à la connaissance de l'ensemble de la planète, grâce aux moyens de télécommunication modernes. Des études, de plus en plus nombreuses, réalisées par des astronomes musulmans au cours des dernières années, démontrent par ailleurs que les débuts de mois décrétés dans les pays islamiques sur une période de plusieurs décennies étaient souvent erronés, pour les raisons les plus diverses [26].

Celles-ci sont, parfois, sans rapport avec la méthode d'observation préconisée par les oulémas, comme c'est le cas de la Libye. Ou bien, elles sont, dans certains cas, associées à des paramètres d'ordre astronomique, qui ont pour but d'améliorer la fiabilité de l'observation [27].

L'Arabie saoudite applique, ainsi, deux méthodes pour la détermination du début du nouveau mois. Le coucher de la lune après celui du soleil indique le début du nouveau mois.

Dans le cas contraire, le mois en cours aura une durée de 30 jours. En Égypte, le nouveau mois débute après la conjonction, lorsque la nouvelle lune se couche cinq minutes au moins après le coucher du soleil.

L'étude de cas spécifiques démontre, cependant, l'existence d'un écart important entre les règles que les différents États et communautés islamiques affirment appliquer et leurs pratiques. D'après les observatoires astronomiques, les observations annoncées par le Nigeria, l'Arabie saoudite, l'Algérie, la Mauritanie et l'Égypte étaient erronées [30].

Elles n'étaient possibles ni le 2 octobre au Nigeria la veille de la conjonction ni le 3 octobre au soir de la conjonction , en Arabie saoudite ou en Algérie, compte tenu des paramètres astronomiques applicables à ces régions [31]. L'Égypte ne pouvait pas, non plus, avoir observé le coucher de la Lune 5 minutes après celui du Soleil, conformément à la procédure qu'elle disait appliquer. Mais, bien que ces données astronomiques aient été largement connues des experts, et aient été absolument défavorables à toute observation visuelle de la nouvelle lune, les États concernés n'en ont tenu aucun compte, en procédant à l'annonce des observations, pour des raisons inexpliquées.

Mais la communauté musulmane a évolué de manière considérable au cours des siècles suivants. Pour répondre à tous leurs autres besoins, les musulmans du monde entier utilisent, depuis de nombreux siècles, le calendrier grégorien basé sur le calcul astronomique, sans la moindre appréhension qu'ils pourraient, ce faisant, violer des prescriptions religieuses.

Pourquoi serait-il licite pour les musulmans y compris les oulémas d'utiliser le calendrier grégorien basé sur le calcul astronomique pour répondre à tous leurs besoins, tandis que l'utilisation du calendrier musulman fondé sur le même calcul serait illicite? Si l'utilisation de tout calendrier basé sur le calcul leur était interdite, comment feraient-ils pour gérer leurs affaires et planifier leurs activités au-delà du mois en cours?

Ainsi, l'Arabie saoudite ne voit-elle aucun problème à utiliser le calendrier d'Umm al Qura, basé sur le calcul, pour la gestion de toutes les affaires administratives et budgétaires du pays, tout en insistant sur le fait qu'il serait illicite de l'utiliser pour la détermination des dates de célébrations religieuses. Sur quelles règles de la Charia cette proposition paradoxale se fonde-t-elle?

Ou bien a-t-il simplement donné, au temps de la Révélation, une réponse appropriée à la question qui lui était posée, basée sur les pratiques courantes des Arabes de l'époque? L'hypothèse la plus simple étant que le Prophète à l'image de ses contemporains n'eut pas les connaissances nécessaire en astronomie pour crée un calendrier viable.

Ne serait-il pas temps de procéder à cet examen et à cette adaptation maintenant? Sur la base des considérations précédentes, de nombreux penseurs et organismes musulmans estiment qu'il est parfaitement licite pour les musulmans d'utiliser un calendrier basé sur le calcul, en substitution à la méthode d'observation mensuelle de la nouvelle lune pour déterminer le début du mois. Ils veulent en particulier que le mois lunaire débute le même jour sur toute la Terre, comme le spécifiaient de nombreux oulémas aux premiers temps de l'islam, ainsi que le cadi Muhammad Shakir dans son opinion juridique de Sur un plan purement technique, le calendrier lunaire basé sur le calcul, tel qu'il est élaboré par les observatoires astronomiques internationaux, répondrait parfaitement à un tel cahier des charges.

Mais, de plus, certains dirigeants de la communauté musulmane cherchent à associer avec subtilité des critères relevant de l'observation même virtuelle de la nouvelle lune aux calculs astronomiques. D'autres cherchent à associer étroitement le calendrier basé sur le calcul aux paramètres de La Mecque, lieu de naissance de l'islam. C'est ce qui ressort des principales propositions qui ont été faites en ce domaine au cours des dernières années.

Si elle se produit après 12 h GMT, alors le mois commencera au coucher du soleil du jour suivant [37]. Si la conjonction se produit après 12 h GMT, alors le mois commencera en Amérique du Nord au coucher du soleil du jour suivant. Vers un calendrier islamique universel aux paramètres du calendrier saoudien d'Umm al Qura?

Des astronomes de diverses nationalités se réunirent au Maroc, en novembre , pour étudier plus en détail la possibilité de l'adopter comme base d'un calendrier islamique universel. Sur le plan opérationnel, l'initiative du CFAN et du CEFR de semble être bien suivie par la majorité des communautés musulmanes d'Europe et d'Amérique, comme en témoigne leur comportement à l'occasion du début du mois de ramadan en De même, en France, après des années de débats, le Conseil français du culte musulman CFCM a-t-il officiellement adopté en mai le calendrier lunaire basé sur le calcul pour déterminer les dates associées à toutes les grandes manifestations religieuses de l'année musulmane, dont le début et la fin du mois de ramadan.

Mais, la nouvelle direction du CFCM, élue immédiatement après l'adoption de cette décision, a décidé de l'ignorer et de continuer de se baser sur la traditionnelle méthode d'observation de la nouvelle lune pour déterminer le début et la fin du mois de ramadan Il en ressort qu'il subsiste des différences majeures entre les principaux États et organisations musulmanes concernées, que ce soit au niveau du principe d'utilisation d'un calendrier basé sur le calcul ou en ce qui concerne les paramètres et spécifications à associer à un calendrier musulman destiné à être d'une vocation universelle.

Mais, le Conseil européen de la fatwa et de la recherche CEFR , qui est basé à Dublin, semble avoir changé de position, du moins pour le moment, par rapport à sa décision de Les autorités saoudiennes, quant à elles, continuent d'affirmer qu'elles s'appuient exclusivement sur l'observation visuelle de la nouvelle lune afin de déterminer les dates des événements associés à des cérémonies religieuses.

Elles ont ainsi annoncé, dans la soirée du jeudi 19 juillet , que la nouvelle lune avait été observée et que le jeûne du Ramadan débuterait le vendredi 20 juillet [46]. La déclaration saoudienne contredisait les déclarations faites par les astronomes dans les sites spécialisés, affirmant qu'il serait impossible d'observer la nouvelle lune dans la région du Moyen-Orient dans la soirée du jeudi 19 juillet.

Toutefois, sur la base de l'annonce saoudienne, quelque 70 pays et communautés musulmanes à travers le monde ont entamé le jeûne du Ramadan le vendredi 20 juillet. Cela constituait un record historique du nombre de pays musulmans commençant le jeûne à la même date. Trente-deux pays et communautés entamèrent le jeûne le samedi 21 juillet, après avoir observé la nouvelle lune la veille au soir. Pour leur part, les principales associations musulmanes de France ont annoncé, elles aussi, que le 1er ramadan serait le vendredi 20 juillet Elles se sont fondées sur un calendrier basé sur le calcul astronomique, en tenant compte des critères de la possibilité d'observation de la nouvelle lune en quelque endroit que ce soit sur Terre [47] , [48].

Les musulmans turcs d'Asie Mineure et de nombreuses communautés musulmanes d'Europe de l'Est ont également entamé le jeûne du ramadan le vendredi 20 juillet , sur la base du calendrier musulman de la Turquie. Les autorités saoudiennes annoncent régulièrement l'observation d'une nouvelle lune à des dates où les astronomes professionnels indiquaient clairement, longtemps à l'avance, qu'une telle observation serait impossible à réaliser.

Elles utilisent le calendrier d'Umm al Qura qui est basé sur le calcul astronomique à des fins civiles et administratives mais, assez régulièrement, elles avancent ou reculent d'un jour la date du début d'un mois associé à des célébrations religieuses, pour des raisons inexpliquées Ces manipulations du calendrier d'Umm al Qura en réduisent la crédibilité et amenuisent ses chances de servir comme un calendrier musulman à vocation universelle, susceptible d'être adopté par les différentes communautés musulmanes du monde entier.

Les communautés musulmanes d'Amérique du Nord et d'Europe ont donc préféré établir leur propre calendrier musulman basé sur le calcul astronomique, en utilisant les paramètres de leur choix. Les deux versions présentées par le CFAN et le CEFR, qui ont été décrites ci-dessus, constituent, à cet égard, deux modèles possibles, tous deux a priori également valables.

La sélection d'une version ou de l'autre ou d'une troisième option relèvera d'un choix stratégique et politique des différentes communautés musulmanes du monde, plutôt que d'un impératif théologique ou technique [51].

TÉLÉCHARGER FILM MAX ET LES FERRAILLEURS GRATUITEMENT

Calendrier Hijri 1435

Texte et photos pris du site Lavigerie. It is therefore 11 or 12 days shorter than the Gregorian Calendar, which is a solar calendar. Hegira comes from the Arab word broadly meaning 'departure', 'exodus' or 'migration'. For example, in , the 1st of Ramadan was of the Hegira Muslim Era. It is because these two dates are based on observing the lunar crescent in each region, a custom based on the famous quotation Hadith of the Prophet Muhammad concerning the beginning and end of the nine month of the religious year. If it is overcast, complete 30 days of Shaban the month preceding Ramadan.

TÉLÉCHARGER LA FLUTE A SIX SCHTROUMPFS GRATUITEMENT

Calendrier hégirien

.

Similaire