TÉLÉCHARGER SOCOM SPECIAL FORCES

Avant de parler de ce qui fait le sel de SOCOM 4 , revenons rapidement sur l'intrigue qui, à l'instar de la majorité des titres du genre, est bien loin de pouvoir déplacer des montagnes. Le joueur incarne donc Cullen Gray, un soldat de l'OTAN au passé assez obscur qui tente, à l'aide d'un groupe de combattants, de venir à bout d'une guerre civile qui paralyse un pays d'Asie du Sud-Est. Cela dit, Cullen Gray et ses acolytes parviennent avec beaucoup plus de succès à nous entraîner sur le champ de bataille, et à transmettre leur volonté de presque tout faire péter. Le but du jeu est de venir à bout de 14 niveaux linéaires, qui vont de la ville dévastée à la jungle luxuriante, tout en remplissant des objectifs où il faudra se frayer un chemin en éliminant les insurgés, ou alors détruire des points stratégiques. Du grand classique donc, mais le jeu de Zipper Interactive arrive a attirer l'attention grâce à la progression dans les différents niveaux, qui se montre un plus intéressante que chez la concurrence. Dès lors, il devient plus efficace de miser la carte de la stratégie, plutôt que de foncer dans le tas en vidant son chargeur.

Nom:socom special forces
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:62.79 MBytes



Pour Socom Special Forces, les choses n'ont pas été faites à moitié avec un changement de développeur, mais aussi d'orientation puisque le gameplay du jeu a pas mal évolué entre les deux épisodes Une décision payante? Condition de test : Testé à partir d'une version commerciale.

Vu de loin, le jeu est en effet parfois plus proche de Gears of War ou d' Uncharted que de ses prédécesseurs, plutôt lents et rigides par tradition. Mais le titre a tout de même conservé les bases essentielles qui faisaient la particularité de son gameplay.

Dans la peau d'un commandant américain, le joueur se retrouve à la tête d'une équipe de quatre soldats d'élite, impliqués dans un conflit asiatique opposant les "gentils" aux forces du NAGA, une organisation terroriste. Dans l'ensemble, et même s'il est servi par de nombreuses cinématiques, le scénario n'est pas vraiment le point fort de Socom Special Forces. Trop prévisible et cliché, même si le soin apporté aux animations faciales apporte au moins un minimum de crédibilité aux dialogues. Non, l'atout de cet épisode se situe plutôt sur le champ de bataille avec pour une fois de l'action à revendre, même si le dosage n'est pas toujours parfaitement maîtrisé.

Bien que l'on retrouve des éléments bien connus comme la possibilité de donner des ordres à l'escouade, ou la personnalisation de l'arsenal avant les missions, le feeling de ce SOCOM-là a bel et bien changé. Le balai dans le fondement du héros a disparu pour laisser place à des combats plus souples, plus rapides, et globalement bien plus proches de ce que l'on retrouve dans la plupart des third person shooters modernes.

Saut, système de couverture "à la Gears ", et barre de vie qui se recharge en moins de cinq secondes sont les indicateurs de ce virage résolument arcade voulu par les développeurs.

Si les puristes crieront au scandale, force est de reconnaître que la chose a au moins le mérite de dynamiser un peu un style vieillissant, tout en permettant au titre d'aller draguer une catégorie de joueurs qui l'aurait sans doute ignoré par le passé.

Le rythme de la campagne solo a aussi le mérite d'aller crescendo. La première moitié du jeu, relativement tranquille, laisse place à des batailles à grande échelle dans des environnements de plus en plus vastes où il ne suffit plus de se planquer derrière ses équipiers pour progresser. Pour tenter de se démarquer, Socom Special Forces utilise quelques astuces. Dans la peau d'une Coréenne faisant plus ou moins figure d'atout charme de l'aventure, le titre prend alors des airs de Splinter Cell, en plus basique, avec des objectifs spécifiques sabotage, vol d'informations, filature à réaliser tapi dans l'ombre.

Ces passages sont plutôt réussis et jouissifs, car les gardes ne sont pas toujours très vigilants, ce qui permet d'en éliminer un grand nombre sans se faire prendre. Et la chose permet au jeu de contrôler son rythme pour ne pas proposer simplement sept ou huit heures de shoot frénétique à se planquer derrière des murets ou des caisses.

Dans les missions classiques, on trouve aussi parfois des actions un peu différentes à réaliser. Cibler un blindé pour déclencher une frappe aérienne, utiliser une tourelle mitrailleuse ou réanimer ses équipiers gisant sur le sol par exemple. Rien qu'on n'ait jamais vu ailleurs cependant. Bien que remaniée, et plus scénarisée, la campagne solo de Socom Special Forces n'est toutefois pas son plus gros atout. La faute à un petit manque d'originalité, et à des combats pas assez subtils.

La fin du jeu est aussi relativement décevante, et le tout manque de passages véritablement épiques. Heureusement, le titre peut aussi compter sur sa partie multi, très complète, pour rallonger sa durée de vie de façon conséquente.

On y trouve toutes les options dignes d'un jeu d'action en ligne moderne, avec la gestion des clans, un gain d'expérience au fil des matchs, des statistiques complètes et des parties pouvant accueillir jusqu'à 32 joueurs. Comme les cartes sont bonnes et grandes, les combats ont de l'allure, avec des modes classiques domination, deathmatch et d'autres plus originaux comme le Bomb Squad. Même si aller désamorcer des explosifs tout en combattant des terroristes n'a, on le concèdera volontiers, pas non plus des airs de mode révolutionnaire.

La partie coop est elle aussi soignée avec de nombreuses missions à réaliser avec des alliés humains, contre les forces dirigées par l'intelligence artificielle de la console. Bref, le jeu trouvera en ligne un second souffle comme on pouvait l'espérer, et c'est tant mieux. Pas de surprise de ce côté, le Move fonctionne correctement comme cela était déjà le cas pour d'autres jeux d'action sur la console, et l'apport de la 3D relief est là aussi une question de goût, et d'équipement La réalisation du titre profite également des musiques de Bear McCreary BattleStar Galactica , ce qui est clairement un plus, d'autant que les doublages ne sont pas mauvais non plus.

Les oreilles sont donc gâtées. Les yeux un peu moins Le moteur affiche en effet pas mal de choses et les décors ont le mérite d'être variés, mais les textures manquent de précision, sans parler de saccades fréquentes. Néanmoins, les combats de grande envergure de la seconde moitié de l'aventure parviennent parfois à en mettre plein la vue de par leur immensité, et avec une action qui explose véritablement de tous les côtés.

Presque un passage en force donc, qui symbolise finalement assez bien la nouvelle orientation prise par la série avec cet épisode. Vidéo Gamekult.

TÉLÉCHARGER BABYLONE ALACH MP3 GRATUITEMENT

Test : Socom Special Forces (PS3)

.

TÉLÉCHARGER SAINT CORAN MAHER AL MUEAQLY GRATUITEMENT

NOS OFFRES

.

Similaire